Laboratoire de Physique Théorique de la Matière Condensée

Séminaires à venir

4 Mar
Berislav Buča (Niels Bohr Institute)
Date 04.03.2024 10:45 - 11:45
7 Mar
Bo Han (Weizmann Institute)
07.03.2024 14:00 - 15:00
13 Mar
Eleanor CRANE (MIT)
13.03.2024 14:00 - 15:00
18 Mar
Fabrizio Minganti (EPFL)
18.03.2024 10:45 - 11:45

Calendrier

OPENING

The CNRS is recruiting a TENURE-TRACK position (called CPJ for junior professor chair) in CONDENSED MATTER THEORY AND QUANTUM INFORMATION, named TheMaCoIF. The position aims to support developments at this interface by recruiting a theoretical physicist either studying condensed matter implementations of quantum information subjects, or using quantum information tools and concepts in condensed matter, analytically or numerically.

Deadline: 20 March 2024
More details here


ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX

Le LPTMC a voté récemment une série de mesures permettant de diminuer ses émissions de gaz à effets de serre pour les missions :
- pas d'avion en France métropolitaine,
- pas d'avion si le trajet en train est possible en moins de 6h,
- mise en place d'un quota individuel annuel de 6t eqCO2 pour les membres permanents.
Plus d'information ici


PRESENTATION DU LABORATOIRE

Le Laboratoire de Physique Théorique de la Matière Condensée (LPTMC) est une Unité Mixte de Recherche de Sorbonne Université et du CNRS (UMR 7600). Fondé en 1970 par Savo Bratos et initialement intitulé "laboratoire de physique théorique des liquides" (LPTL), ses domaines d'activité se sont progressivement étendus aux liquides complexes puis à diverses applications de la physique statistique des systèmes classiques et quantiques. Il a pris son nom actuel en 2004 et est actuellement dirigé par Nicolas Sator.

Les activités du LPTMC couvrent des domaines très larges de la physique théorique des basses énergies et s'articulent autour de trois pôles:

  • Physique aux interfaces : de la science des matériaux à la biologie, en passant par la chimie analytique et la géologie, ce pôle vise à établir des liens entre la composition, la structure hétérogène à petite échelle, la dynamique simple ou collective des processus sous-jacents et les propriétés macroscopiques du milieu (roches, mélanges aqueux, ADN, etc.).
  • Systèmes désordonnés et phénomènes hors d'équilibre : phénomènes induits par les fortes fluctuations présentes dans un système à N corps en interaction, que ces fluctuations soient d’origine thermique, quantique, ou bien associées au désordre inhérent à tout système réel (membranes, matière active, verres, etc.).
  • États quantiques de la matière : systèmes quantiques fortement corrélés  (supraconducteurs, gaz d'atomes froids, matériaux topologiques, etc.), étudiés à la fois d'un point de vue conceptuel (état fondamental et excitations de basse énergie, transitions de phase quantiques) et appliqué.

Actualités